jeudi 29 août 2013

Les Piliers de la Terre - Ken Follet

Les piliers de la Terre, intégrale : édition Le livre de poche, 1050 pages 


Résumé du livre:
Dans l'Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles... et de saintes ruses. La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

On commence l’histoire en suivant 4 membres d’une famille : Tom, maître batisseur, sa femme Agnès, leur fils Alfred et leur fille Martha. Le rêve de Tom est de bâtir une immense cathédral qui lui permettrait de protéger sa famille de la famine, du froid, et des longs voyage à travers l’Angleterre à la recherche d’un travail.
Durant leur voyage, ils vont faire la connaissance d’Ellen et de son fils Jack, qui vivent dans la forêt en tant que hors la loi, suite à une malédiction qu’Ellen a jeté sur trois hommes importants de la ville.
En continuant leur route, ils rencontrer Philip, un moine qui a pour but de faire respecter les lois de l’Église et de pouvoir vivre dans un monde juste et en paix. 
L’histoire se passe en pleine guerre civile où les hommes se battent face à des membres du Clérgé corrompu et à la cruelle famille Hamleigh qui cherche toujours à avoir plus de pouvoir.
Le roman est presque tout le temps centré sur la construction d’une cathédrale a Kingsbridge, à laquelle vient se greffer la vie des différents personnages, les manigance politique des nobles et du clergé corrompu.

La plume de l’auteur est vraiment très belle, Ken Follet présente les choses avec beaucoup de réalisme et les descriptions qu’il fait des décors et des personnages nous font plonger dans son univers, ce qui m’a permis de rentrer dans l’histoire dès les premières pages. 

On suit les personnages durant pratiquement toutes leur vie ce qui nous permet de voir leur évolution, de bien nous imprégner de leur façon d’être et de bien cerner leur caractère.
La plupart des personnages sont très attachants, notamment celui d’Aliéna qui m’a beaucoup touché, ainsi que celui de Jack et de Tom. En revanche, comme on peut s’attacher à certains personnages, on peut en détester d’autre, comme celui de William Hamleigh, qui, pour se venger d’Aliéna, va tout faire pour ruiner ses projets en brûlant, pillant ou violant, tout au long du roman. 

Le seul point négatif que j’ai trouvé dans cette histoire, c’est qu’ il y a trop de manigances et de coups bas. Dès qu’une attaque est contrée, on en a une autre directement à la page suivant. On  a l’impression que les personnages n’ont pas le temps de profiter de leur victoire, ni d’être heureux pendant un court moment. Ils n’ont pas de moment de répis, et donc, nous non plus. Mais le fait qu’il y est de l’action tout le temps ne nous fait pas lacher le livre, et on veut toujours savoir ce qu’il va se passer par la suite. 

Note : 18/20

Citation :
"Je ne savais pas la chance que j'avais de n'avoir rien a redouter" 
Aliéna 


Les Piliers de la Terre la série: 


samedi 24 août 2013

La prochaine fois de Marc Levy (Edition Pocket, 2005)

Résumé :
Parti à la recherche d'un tableau mystérieux, Jonathan croise la route de Clara. Tous deux sont convaincus de s'être déjà rencontrés. Mais où et quand ? A Londres, il y a plus d'un siècle... Le quatrième roman de Marc Lévy entraîne ses lecteurs de Saint-Pétersbourg à Boston, de Londres à Florence et Paris, dans une histoire où amours et énigmes défient le temps.


On suit les aventures de Jonathan, un expert en art obsédé par Vladimir Radskin, un peintre Russe dont le talent n’est pas vraiment reconnu. Il doit se marié prochainement à Anna. Suite à un appel de Peter, son meilleur ami, Jonathan et lui parte pour Londres où a lieu une exposition de cinq tableaux de Vladimir Radskin, alors que seulement quatre sont connus. C’est là-bas qu’ils vont rencontrer Clara, la directrice de la salle d’exposition.


On commence l’histoire par une lettre écrite par Peter dans laquelle il dit au revoir à son ami Jonathan et à Clara. Cette lettre m’a intrigué et m’a fait rentrer presque tout de suite dans l’histoire. Les personnages sont attachants, et la plume de Marc Levy se lit toujours très bien.
J’ai beaucoup apprécié le monde du mystère de la peinture dans lequel on est entraîné, et j’ai beaucoup aimé les thèmes des âmes sœurs et des vies antérieures qui m'intéresse beaucoup.

C'est pas le meilleur Marc Levy que j'ai pu lire mais c'est quand même une histoire qui m'a touché par les sentiments qui en ressortent : l'amour entre Jonathan et Clara, et l'amitié qu'il a avec Peter. Un bon moment de lecture qui passe bien !

14/20 

Citation:
" Crois-tu qu’on puisse s’aimer au point que la mort n’efface pas la mémoire ? Crois-tu qu’il soit possible qu’un sentiment nous survive et nous redonne vie ? Crois-tu que le temps puisse réunir sans fin ceux qui se sont aimé assez fort pour ne pas l’avoir perdu ? Est-ce que tu crois ça Clara ?  "
Jonathan.